Pitch
Deux demi-soeurs vivent ensemble en quasi recluses. Partagée entre alcool, rêveries  et cruauté envers Cassandra, Rose, l’ainée, beauté fanée, vit dans les souvenirs de sa jeunesse dorée, de ses soupirants et de leur père adoré.

Cassie la naine, Cassie la mal-aimée, ne vit pus que pour Rose. Tout à la fois confidente, nurse, bonne, elle ne vit que pour s’occuper de Rose, l’apaiser, essuyant ses crises et ses beuveries avec la plus parfaite dévotion.

Génèse
J’étais enceinte jusqu’aux yeux. Je n’arrivais pas à m’endormir. Et pour occuper mes heures d’insomnies, j’ai créé un jeu : trouver des rôles contremploi à des comédiennes, comédiens, que je voyais toujours faire la même chose. De Mimi Mathy est née Cassie.

Pourquoi je n’ai pas avancé
Le sujet est-il aussi mince qu’une feuille de papier à rouler ? Possible.
Ai-je manqué de temps ? Sûrement. Pourtant, le temps, on en trouve toujours quand on le veut.
Ai-je (eu) peur ? Possible. En rédigeant ce post, la peur est la première raison qui ait émergé. J’ai commencé la rédaction des Soeurs Froïable, et, à chaque fois, l’angoisse, la folie, l’esprit tortueux et immensément méchant de Rose, m’ont fait reculer. J’ai remis à plus tard, procrastinant, procrastinant, procrastinant…

Pourtant je sens la pépite !  J’ai la mise en scène en tête. Des images fortes, belles, comme des toiles. Oniriques et sombres.  Je vois, j’imagine les spectateurs choqués, médusés, incapables de s’arracher de Rose ou de Cassie.
Pourtant, c’est une pièce encore en jachère. En « stand by » mode. L’idée doit avoir dans les treize ans maintenant. Quel gâchis !

Une idée pour m’aider à dépasser mon appréhension ?