Temps de lecture : env. 2 min.
Crédit photo : @E. Mucha

 

 

J’ai les stigmates et la folie d’un drogué je le sais mais quoi, Elle vaut cette folie, Elle vaut davantage même. Parfois je lui en veux. D’être si éclatante ? Non. Si accaparante ? Non plus. De s’occuper de ce malotru, de rester avec lui ? Ah ça oui ! Elle pourrait prendre l’un de ses grands couteaux de cuisine, le lui mettre sous la gorge et exiger qu’il s’engage envers Elle comme la reine du foyer qu’Elle est. Est-elle soumise d’une façon que j’ignore ? A-t-il à ses dépends une emprise dont je n’aurais rien perçu ? Se peut-il qu’Elle soit simplement sotte ?

Gamberger me fait mal. L’imaginer idiote plus encore. Est-elle amoureuse de ce baquet de bière ? Je m’en mordrais les doigts au sang. Impossible, impossible, enfin, qu’elle l’aime…

 

Des semaines et des mois ont filé. Le spectacle de leur vie nocturne me procure désormais moins de plaisir. Il n’est plus question d’Elle seule, Il a envahi mes pensées. Je l’épie, le scrute, me compare, le maudit, le jalouse. Elle s’efface. Ses attraits s’amoindrissent. Il m’envahit. Sur mon coussin d’herbe, je ne sais plus la raison de ma venue. Amour et détestation font corps. Je suffoque. De ma longue vie, jamais je n’avais éprouvé tant de tourments. Est-ce là le destin d’un chaste et anonyme amour ? Elle ne sait rien de moi quand je sais tout d’Elle. Me découvrir, me montrer au grand jour, au milieu des jeux des enfants et du porcelet qui lampe Grans après Grans ? Par Huld que cela cesse seulement !

Je me force, avec l’intensité de ma rage amoureuse, à me concentrer sur Elle. Elle.

 

Me revient notre « rencontre ». Du fond de la nuit noire je déambulais, sournoisement attiré par l’éclat d’une demeure. Le vent m’apportait des odeurs de harengs aux câpres et de rires semblables à des bulles de joie. Elle secouait un torchon à carreaux jaune et blanc, ses bambins jouaient à grimper le long de ses jambes robustes. Ils riaient tous. Simples. Innocents. Je riais aussi, en silence. Sa chevelure chatoyait. J’étais ennivré.

Son torchon secoué, Elle rentra chez elle, les petits à sa poursuite. J’étais soûl d’amour.

Ma couche d’herbe est plus moelleuse à ce souvenir. Les étoiles observent mes larmes avec l’indifférence qui leur est propre. J’aime. Cet amour est lié au désespoir.

©E. Mucha Paris

Je m’emplis et me repais de ses gestes : Elle s’occupe de ses enfants, prépare les couverts, s’agite de la table à ses fourneaux. Incantation. Je joins puis pointe mes doigts comme je l’ai appris avant de partir. Les flammes enflent, prennent de l’ampleur, le bois craque, le verre se brise, les cris fusent. Aucun amour ne mérite de souffrir. Pas d’échappatoire.

 

J’aimais.

Ma souffrance se tarira.

 

Du fond de ma nuit noire je déambule à travers les herbes et les fleurs sauvages.

 

FIN