« Au-delà de apparences » est ma deuxième pièce de théâtre (la 1ère mériterait que j’ose la – déjà ! – la ressortir de l’oubli avant d’en parler). Je l’affectionne tout particulièrement car je l’ai monté 2 fois; elle a aussi été travaillée par un autre metteur en scène.
Après avoir créer les oeuvres d’autrui, monter sa propre pièce est une expérience spéciale. Très spéciale. La musicalité du texte est déjà connue, mais comment l’expliquer aux les comédiens, la leur décortiquer ? Les personnages sont mes marionnettes, proches et lointaines, jusqu’à ce que des comédiens pointus, inquisiteurs, fassent éclater la bulle fictionnelle. Ces marionnettes sont moi, Moi, 100% MOI !

Vous imaginez comme cela peut être perturbant. Chaque parti prix de direction d’acteur, chaque mouvement de mise en scène, n’est jamais que Ma psyché dirigée, organisée, en conscience, par moi-même, avant d’être livré en pâture à un public. S’il n’y a pas de quoi virer schizophrène !

 

En 2015, grâce aux comédiens Alvina Karamoko et Eric Moscardo, nous avons tenté une aventure professionnel. En février 2016, un showcase à La Boume Noire a concrétisé notre travail.

Au-delà des apparences n’attend qu’à être prise en main.

*  *  *

Pitch : c’est l’histoire d’un homme et une femme, prisonniers dans le même cachot, qui vont tenter de cohabiter malgré leurs tempéraments opposés.

Résumé : Sac plastique sur la tête, un homme tente de se dégager pour reprendre son souffle. Cri de femme projeter vers lui. Voilà nos deux héros, kidnappés durant un coup d’état.

Tous les opposent : lui, taciturne et replié sur lui-même, elle, versatile, girouette explosive ou futile. Par jeu, mais aussi titillée par le mutisme de cet homme qui confine au mystère, elle décide qu’il n’est pas ce qu’il prétend être, et usant de sa palette de stratagèmes, s’emploie à en savoir plus sur lui.

Jeu de chat et de souris où tous les coups sont permis, indices distillés avec parcimonie, les masques tomberont-ils ? Survivront-ils jusqu’à ce que la vérité soit dévoilée ?